Country Club de Pont Royal

Golf  de Pont Royal  & Country Club

 

Seul parcours français griffé «Ballesteros», Pont Royal étale ses fairways ondoyants entre  Alpilles et Luberon. Ce golf, parmi les plus beaux d’Europe, offre un vrai challenge sportif dans un  environnement très préservé, où une nature sauvage et pacifique le dispute à la puissance du  vent.

     Un choc visuel

 

   A Pont Royal, le choc est d’abord visuel : panoramas sublimes sur les Alpilles, greens verts  crémeux admirablement entretenus, fairways serpentant entre chênes, pins et essences  provençales. S’ajoutent quelques obstacles d’eau savamment distillés, des «plages» de sable  parsemées ici ou là, et de somptueuses maisons qui dorment le long des fairways. Severiano  Ballesteros a su tirer la quintessence de cette nature sauvage et pacifique sur laquelle ne    poussent que la lavande et le thym. Classé parmi les plus beaux golfs d’Europe (Golf Européen),  Pont Royal est l’unique réalisation du champion espagnol sur le sol français. Et pas n’importe quel  sol puisqu’il s’agit de la Provence tant chantée par Mistral et dépeinte par Cézanne. Pour un coup  d’essai, c’est un coup de maître. En quelques années, ce parcours de classe internationale qui  accueille depuis quatre ans une étape de l’Alps Tour, le Masters 13, est devenu un des Must  golfiques du Sud de la France.

 

     Un défi golfique

   S’engager sur le trou n°1 de Pont Royal, un petit par 5 qui demande, d’entrée, un coup de fer  précis sous peine de sombrer corps et biens sous une forêt de pins, c’est accepter de vivre, tour  à tour, de grandes satisfactions et d’immenses frustrations golfiques. Car ce parcours vallonné  qui sied tout autant au long frappeur qu’au fin limier du petit jeu, au joueur professionnel comme  au néophyte doué, ne se laisse pas dompter facilement. C’est le moins que l’on puisse dire. Pour  peu que le vent s’en mêle (il peut être violent dans la région) et l’odyssée peut se transformer en    naufrage si l’on manque de prudence. Les cinq premiers trous de l’aller longent l’ancienne voie  royale reliant Paris à la Méditerranée. Le 2, un par3 offrant un obstacle d’eau frontal et une rangée  de platanes hors limite sur la gauche, est plus spectaculaire que difficile à jouer. Il suffit de  s’aligner entre le bunker et le lac et laisser son club faire le reste. Après avoir fait parler le driver  sur les deux trous suivants, un difficile par5 suivi d’un par5 étroit et piégeux, le choix du fer est  prépondérant au départ du trou 5, un autre par3 où l’eau est en jeu. Sur ce trou, mieux vaut  prendre un club de plus car le green est profond. Le 6 inaugure une nouvelle séquence  particulièrement délicate à aborder. Si l’on se laisse distraire par les panoramas sublimes qui  surgissent tel un songe au milieu de la nuit, les bogeys voire les doubles sont assurés. Trou  signature de Pont Royal (avec le par3 du 11), le par5 du 7 peut être un rêve ou un cauchemar. Les  (très) longs frappeurs coupent ce dogleg gauche pour tenter le green en un, les autres, surtout en  cas de Mistral, se contentent de suivre le tracé escarpé qui mène à un green à double plateaux    situé en contrebas. Si le joueur s’en tire sans trop de casse, le 8 l’attend de pied ferme. Trou  désigné comme le plus difficile du parcours, ce par5 en léger dogleg droite demande une grande  précision sur le tee shot. Trop à gauche et l’on retrouve sa balle dans la piscine d’une des  somptueuses propriétés qui longent le fairway, trop à droite et le deuxième coup se jouera en    aveugle. Mieux vaut choisir un bois 3 ou 5 au départ et se réserver un fer moyen pour le deuxième  coup. Menant au club-house inauguré en 2002 le 9, à l’instar du 17 de Valderrama, est  remarquablement bien conçu car il offre des options différentes. Si les joueurs moyens se  contentent volontiers de trois coups, les longs frappeurs (pêché d’orgueil !) sont tentés d’atteindre  en 2 le green de ce par5 de 489 m. Mais gare au vent et gare à l’obstacle d’eau qui borde le  green !

 

 

    Vue sur les Alpilles

   Sur le retour, après un relatif répit sur le 10, place au 11, l’autre trou signature de Pont Royal. Ce  long par3 de 181 m, avec les Alpilles en toile de fond, est visuellement impressionnant et  golfiquement terrifiant. Le joueur doit franchir un profond ravin pour atteindre un green que borde  une falaise. A ces difficultés s’ajoutent le choix du club, selon le vent et la position du drapeau.  Cela peut varier du fer 7 au driver ! Effectuée à pied, la liaison entre l’aire de départ et le green  peut s’avérer fatale pour les organismes fragiles. Mais elle laisse le temps de retrouver ses  esprits et de se délecter du chant des cigales. La séquence 12-13-14 (un par5, un par3, un par5),  qui repasse par le club-house, vaut par la variété des coups à réaliser. Sur le 12, la précision  domine, sur le 13, le choix du club est prépondérant pour franchir l’obstacle d’eau sans être trop  long et sur le 14, il s’agit d’être très bien placé, à droite du fairway, pour espérer attaquer le green    en deux.

 

     Es Beu la Vie

 Arrive le 15, sans conteste le trou le plus coriace de Pont Royal, surtout à ce moment du  parcours où les corps se font exsangues et les swings moins sûrs. Ici, il faut faire preuve de sang-  froid. La mise en jeu est essentielle sur ce magnifique par5 taillé dans une forêt de pins d’Aleps.  Si vous embarquez à droite, vous pouvez dire adieu au par. Pour atteindre le green, placé sur une  petite colline, le deuxième coup en aveugle est particulièrement délicat à doser. Si ce trou ne  vous a pas laissé les nerfs à vif (soyez amplement satisfait du bogey), vous pouvez dérouler au  17, tout en priant pour que le green pentu garde votre balle bien au chaud près du mat. Le périple  se termine par un par5 qui a enterré bien des espoirs de cartes historiques (le record du  parcours, 66, appartient toujours à Ballesteros). Le bon joueur est tenté de couper le dogleg et il a  tort à coup sûr. Mieux vaut placer son drive en haut du plateau, taper un deuxième coup de fer  pour se laisser une petite approche. Le par étant acquis, place au repos du guerrier à la terrasse  de «Es Beu la Vie», le restaurant du club-house, où vous siroterez un grand «le chose, machin, le  truc» en recomptant vos coups. Et surgira alors cette puissante émotion d’avoir vaincu ce  parcours homérique. Et la sensation plus forte encore de vouloir reprendre l’odyssée.

 

 

    Un paradis provençal

   Création ex-nihilo, le parcours de Pont Royal (50 ha) est inséré dans un domaine de 180  hectares qui a fait la joie des promoteurs. En effet, sur ce site grandiose lové entre les premiers  contreforts des Alpilles et du Luberon, un authentique village provençal a été construit, avec ses  petites places, ses fontaines, ses églises. Bercé par le mistral et le chant des cigales. Ce  complexe résidentiel et hôtelier se compose de 650 appartements et d’un hôtel 3 étoiles de 56  chambres (ainsi que des Mas à la location), avec salles de séminaires et restauration. Les 3500  pensionnaires peuvent y pratiquer toutes sortes d’activités : golf bien sûr, tennis, équitation, jeux    d’eaux dans les 900 m2 de piscines. Le club-house abrite un pro-shop et un restaurant ouvert à  tous, «Es beu la Vie», dont la terrasse offre un beau panorama. On trouve également sur le  domaine une pizzeria et un café des Arts. Les grands gourmets privilégieront le Moulin de  Vernègues (T. +33 04 90 59 12 00), situé à proximité du trou n°2, un hôtel-restaurant 4 étoiles de  36 chambres. Louis XIV s’y arrêtait lorsqu’il rejoignait des terres du Sud de la France par la voie  royale.

 

  

Autour du golf

Idéalement situé entre Avignon et Marseille, Pont Royal offre de nombreuses escapades. Vous pouvez visiter la cité des Papes et son célèbre Pont Saint-Bénezet, Aix-en-Provence et son Cours Mirabeau, Arles et ses Arènes, Marseille et son Vieux-Port. Ces quatre villes provençales au riche patrimoine méritent qu’on s’y arrête et qu’on y flâne. Si vous préférez le grand air, allez découvrir les Alpilles ou la montagne Sainte-Victoire, arpentez

 

  

Les nombreux villages du Luberon (Gordes, Lourmarin, Bonnieux, Ménerbes, Roussillon), lieux de villégiatures de nombreuses stars du cinéma et de la TV, les villages perchés de Fuveau, Saint-Savournin ou Mimet. Vous pouvez pousser plus loin et franchir le Rhône pour admirer le pont du Gard et les nombreux villages alentours (Uzès notamment). Nîmes et son centre historique mérite également le détour. Si vous aimez l’eau bleue et les horizons marins, Cassis et ses calanques sont à moins d’une heure en voiture, de même que les plages de la Camargue ou de la côte varoise (La Ciotat, Bandol, Sanary).

 

Fiche technique

18 trous par 72 (6303 m) / 50 hectares

Architecte : Severiano Ballesteros

Slope : Blancs 151 (sss 75,1) ; Jaunes 149 (sss 73) ; Bleus 143 (sss 75,4) ; Rouges 143 (sss 73,5)

Green fee : 59 € ; 75 € (haute saison du 15 mars au 11 novembre)

Pour les résidents des départements 13-84-83-04-05 : 47 € basse saison ; 60 € haute saison

Practice: 30 postes dont 12 couverts ; putting green ; pitching green

Cours particuliers et collectifs, stages.

Un centre d’entraînement (6 trous + divers ateliers) verra le jour en 2009.

Tel +33 490 574 079 – info@golf-pontroyal.com – www.golf-pontroyal.com

Transports

En avion : aéroport de Marseille, vols réguliers depuis Paris et les principales villes françaises.

En voiture : autoroute A7, sortie Senas, puis 9km sur la RN7 direction d’Aix-en-Provence.

 

Golf de Pont-Royal en Provence

BP 11 – 13370 Mallemort – France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *